Difference between revisions of "Oni2 talk:Truth Number Zero/French"

From OniGalore
Jump to navigation Jump to search
m (→‎Conflicts and Bio-Crisis: BioCrisis disambig/disclaimer)
(One intermediate revision by the same user not shown)
Line 21: Line 21:
  
 
====Toxin levels rising====
 
====Toxin levels rising====
Il y a eu aussi des révoltes (mentionnées en passant dans la description d'une arme), ainsi que des affrontements plus ou moins musclés autour de l'affaire des zones hautement toxiques qui émergent autour des processeurs atmosphériques. C'est dans le contexte de cette confrontation que [[Hasegawa]] et [[Jamie]] entreprennent leur incursion fatidique dans l'une de ces zones, Jamie (d'après le récit de Hasegawa) est contaminée par l'environnement et délivrée de ses souffrances par Hasegawa lui-même. Cette contamination joue donc un rôle déterminant dans la génèse du projet Daodan d'Hasegawa (un remède universel qui puisse défendre les humains contre les toxines les plus virulentes). Et c'est le projet Daodan qui, développé sous l'aile du [[Syndicat]], finit par mettre en route tout le sujet d'Oni.
+
There have also been "Freedom Riots" (briefly mentioned in a weapon's description), as well as more or less violent clashes between the WCG state and eco-activists, following the revelations/suspicions about the highly toxic areas surrounding the atmospheric processors. It is in the context of this struggle that [[Hasegawa]] and [[Jamie]] set off to "trespass" into one of these Zones, where Jamie (according to Hasegawa's record) is "hyper-infected" by the toxic environment and put out of her misery (shot) by Hasegawa himself. Through Jamie's death, this contamination plays a key role in the genesis of Hasegawa's Daodan project (a universal cure that is supposed to defend humans against even the most virulent toxins). And it is the Daodan project which, developed under the [[Syndicate]]'s wing, eventually sets Oni's whole plot in motion.
 +
:(EDIT: Freedom Riots were apparently anti-WCG separatist movements that popped up either shortly after the WCG rose to power and "annexed 80% of the countries of the world", or a few years later, after the authoritarian rule became unbearable. As for the "Great Uprising", it looks like it designates the WCG's rise to power itself, i.e., unlike the "Freedom Riots", the Great Uprising is ''not'' an infamous rebellion, but rather the heroic establishment of the New World Order.)
 +
 
 
===Social model===
 
===Social model===
 
====The World Coalition Government====
 
====The World Coalition Government====

Revision as of 19:26, 22 May 2020

What follows is a detailed interpretation of Oni's plot, oriented towards the development of a sequel. It was mainly generated by me, but also incorporated ideas by Guido Codecasa and many others. The primary motivation is to build a consistent "whole" from the already-present content, with a strict minimum of new elements/characters/concepts, to avoid "aggravating" the plot (making it heavier). The French version is HERE. The digest version is HERE.

General points

Alternative history

Oni's events belong to an "alternative history", which coincides with the real world until 2001 or so, but takes a very different course in the XXI century.

Phase technology

Apart from the usual cybernetic and biological technologies (SLD), Oni has so-called "phase" technologies, which have made it possible to develop non-conventional weapons and entities (force fields, invisibility, etc). The "Phase" can be seen as a parallel world (i.e. another version of planet Earth, with a different geography, other lifeforms, etc). Notably, Oni's "Screaming Cells" come from this world, as well as Mukade's "red ball" and, probably, the Daodan phenomenon. Oni's developers had plans of depicting this parallel world in a hypothetical "Oni 2", and among other things they considered a major confrontation with the Screamers.

Bio-punk

"Bio-punk" is a nod to the cyberpunk culture (in particular to Ghost In The Shell, a major influence for Oni). In Oni, the emphasis is much less on man-made AI and cyberspace - and more on mutation (hyperevolution), man-machine hybrids, artificial organics subjected to pseudo-human learning and growth processes, etc. So, like GITS, but more "bio" rather than "cyber".

Daodan

One of the central concepts in Oni (and the most innovative in my opinion) is the "Daodan Chrysalis": a kind of "smart cancer" or "benevolent tumor" that replaces damaged parts of the host organism with cloned and enhanced cells. These cells are more resilient, totipotent (i.e., they can transform at will into any organ tissue), and can receive a boost from an "aura" that permeates/surrounds the host organism. The nature of this aura is never made clear in Oni, but it can belong to an immaterial being (akin to the Screamers) that achieves a symbiosis with the human organism through the proxy of "daodanized" cells. We can say that the aura is at least powering (if it is a non-sentient entity), and maybe even coordinating (if sentient) the progress of the tumors/metastases through the organism - with the host's survival and integrity as a key priority.

SLD

Some of Oni's androids - like Shinatama - have human-like emotions and reactions, but it is important to note how the personality of such an android is built. Instead of a fake AI construct, an SLD's head contains synthetic tissue which mimics the functioning of a human brain. This brain-like structure is "imprinted" with "engrams" (some sort of elaborate encephalograms) coming from an actual human individual. In the case of Tankers, it is a wrestler who supplied the engrams for a whole army of androids. In Shinatama's case, the engrams are Konoko's, i.e., it is as if Shinatama's personality was cloned from Konoko's shortly after she arrived at the TCTF. Thus, initially, Shinatama is an image of Konoko as a child. Since that time, Shinatama and Konoko have been evolving separately as individuals, but they remain in close contact thanks to the "neural link" implanted by Griffin. The practical aspect of the "neural link" is that Konoko acts like an antenna, constantly sending to Shinatama some info about her surroundings and her internal status (both hers and the Daodan's). Shinatama (and Damocles) analyze this data in real time, and use it to provide Konoko with tactical instructions, and to inform (or misinform) Griffin and his team about the Daodan. But something else is happening as well: Shinatama sees through Konoko's eyes and receives upon her all the violence of Konoko's fighting experience, even though she started off as an innocent soul (a backup of child Konoko). It is as if she saw herself punching and shooting people, feeling all the pain and stress that come with it, unable to look away, unable to do anything to stop all this violence that is pouring at her.

Previous events

Conflicts and Bio-Crisis

At some point in the early XXI century, Oni's Earth apparently went through a world war (or a series of terror acts) with the use of biological weapons. (It is not clear if nuclear weapons exist, although we are aware of compact and powerful explosive devices, the Xiox.) This war, combined with pre-existing pollution, rendered a large part of the world uninhabitable, and the surviving population naturally gathered in cities where atmospheric decontamination processes are introduced. (Oni does not say if the BioCrisis is a relatively new situation or if it goes back to these times of global political turmoil.) At the end of Oni we are told that there are ~400 densely populated "regions", each of them depending on an Atmospheric Conversion Center like the one we see in Chapters 7 and 8. The centralization of the world population contributes to the emergence of a totalitarian government, the WCG.

(EDIT: An alternative hypothesis is that the widespread pollution - BioCrisis -, population decline, and crackdown on technological crime are all more or less direct (and more or less covered-up) consequences of Phase tech. Once discovered/invented, the new phenomena quickly led to major industrial breakthroughs but, like every new technology, the processes were poorly mastered. Catastrophes of various scales may have occurred - both accidental and deliberate - and a more general/durable pollution problem may have emerged as a side effect of, e.g., mass production of Energy Cells.)

Toxin levels rising

There have also been "Freedom Riots" (briefly mentioned in a weapon's description), as well as more or less violent clashes between the WCG state and eco-activists, following the revelations/suspicions about the highly toxic areas surrounding the atmospheric processors. It is in the context of this struggle that Hasegawa and Jamie set off to "trespass" into one of these Zones, where Jamie (according to Hasegawa's record) is "hyper-infected" by the toxic environment and put out of her misery (shot) by Hasegawa himself. Through Jamie's death, this contamination plays a key role in the genesis of Hasegawa's Daodan project (a universal cure that is supposed to defend humans against even the most virulent toxins). And it is the Daodan project which, developed under the Syndicate's wing, eventually sets Oni's whole plot in motion.

(EDIT: Freedom Riots were apparently anti-WCG separatist movements that popped up either shortly after the WCG rose to power and "annexed 80% of the countries of the world", or a few years later, after the authoritarian rule became unbearable. As for the "Great Uprising", it looks like it designates the WCG's rise to power itself, i.e., unlike the "Freedom Riots", the Great Uprising is not an infamous rebellion, but rather the heroic establishment of the New World Order.)

Social model

The World Coalition Government

Le WCG est une sorte de "merger" politique qui a été instauré à la fois pour éviter les conflits militaires entre les états adhérents et pour résoudre les problèmes inhérents à la globalisation (délocalisation forcée de la production, dette mutuelle, etc), et aussi pour une solution d'ensemble au problème de la pollution. Le WCG regroupe apparemment les pays contemporains dits "riches" et/ou "démocratiques", et on abandonne à leur sort les pays du tiers-monde, la majorité du monde arabe, et d'une manière plus générale tout pays qui n'a pas trouvé de terrain d'entente avec le "noyau dur". Dans ces pays exclus du WCG, la situation écologique se dégrade (suite notamment à la guerre biologique), alors que le WCG centralise sa population dans les villes (parce que c'est plus simple de nettoyer l'air à l'echelle d'une ville que d'un pays) et évolue vers un système totalitaire à la Big Brother. La population des villes WCG n'est pas informée de ce qui se passe en dehors des villes aménagées où elle est cantonnée.

The pre-Muro Syndicate

Le Réseau (Network) ou Syndicat (Syndicate) est une structure criminelle qui a émergé au sein de la société WCG et à sa périphérie. Il est question, d'une part, de tirer parti de la législation très stricte du WCG pour faire circuler des technologies illégales sur le marché noir, et aussi de faire passer des armes et produits fabriqués sur le territoire WCG vers le territoire "exclu" (contaminé) et inversement. C'est un monopole criminel, une sorte de grosse Mafia à l'echelle planétaire, très centralisée et bien armée, et qui est donc une structure symétrique du gouvernement totalitaire WCG, avec des règles strictes, une hiérarchie digne d'une multinationale, des réunions régulières entre directeurs, etc. Les deux structures (Syndicat et WCG) se tolèrent mutuellement et se nourrissent l'une de l'autre.

BGI and other industries

Il existe dans Oni de grosses multinationales qui ont le monopole (ou presque) dans leurs technologies respectives, du fait de la population très centralisée et de l'isolation relative des différentes régions WCG. Certaines de ces multinationales sont transparentes et servent le WCG, d'autres entretiennent des liens avec le Syndicat et participent aux opérations de contrebande. On voit d'une part Vago Biotech (labo du Chapitre 3), qui est un exemple d'entreprise loyale au WCG, et d'autre part Musashi (Chapitre 2), qui est clairement de mèche avec le Syndicat. On sait aussi que Musashi fait partie d'un conglomérat plus large, BGi, dont on sait qu'il devait jouer un rôle beaucoup plus important que dans la version finale d'Oni: on devait notamment infiltrer le QG de BGi, y combattre l'Iron Demon et tout faire sauter, avant d'aller chercher Muro au Chapitre 14.

The Syndicate/TCTF equilibrium

L'espace public est couvert par un énorme système de surveillance (en plus du réseau informatique à la Big Brother, il est fait mention de nombreux drones aériens patrouillant la ville), il y a aussi quelques agents de sécurité. Pour des interventions plus musclées, il existe une force armée, la TCTF, qui officiellement agit sur mandat, ce qui est un handicap face au Syndicat. En fait la TCTF possède des divisions paramilitaires (les "Lions" et les "Black Ops") qui peuvent agir en court-circuitant la procédure officielle, lorsqu'il y a un cas flagrant de force majeure. On peut dire qu'après une course aux armements de quelques années, la TCTF et le Syndicat ont abouti à un équilibre typique entre criminels et policiers. La branche "soft" de la TCTF lutte contre le trafic mineur comme elle peut, et collecte des informations qui permettent de grandes opérations de temps en temps (avec à ce moment-là un appui des Lions et des Black Ops). D'autre part, la lutte constante contre le crime technologique justifie la surveillance de Big Brother.

The cohesion of the pre-Muro Syndicate

Le Syndicat résout les conflits internes et lutte contre le ségrégationnisme grâce à un pouvoir executif centralisé et une tolérance zéro envers les fauteurs de trouble. La force paramilitaire développée par le Syndicat sert donc non seulement d'appui tactique lors des grosses opérations de contrebande, mais aussi de moyen de dissuasion pour assurer la cohésion du Syndicat et le respect de l'autorité du Conseil.

Il n'est pas fait mention du Conseil dans Oni, tout comme il n'ya pas de réelle description du Syndicat d'avant Muro, mais on peut toujour donner un nom à cet exécutif qui a forcément existé. Une possibilité de nom est l'Hydre (Hydra), qui symbolise le fait qu'intimider ou éliminer l'un des membres du Conseil ne sert à rien - le reste du Conseil saura identifier les fautifs et ne leur fera pas de quartier.

En plus de la force armée, un rôle important était joué par les assassins (antécédents des Ninjas que l'on voit dans Oni). La multiple redondance du Conseil (Hydre) pouvait facilement éliminer un élément gênant, mais pas l'inverse. D'ailleurs l'administration du WCG pouvait elle aussi recourir, à l'occasion, aux services de ces mêmes assassins, lorsque la rigidité du système était trop contraignante.

Le conglomérat BGi était aussi un agent double: d'une part il pourvoit aux besoins du WCG en industrie lourde, d'autre part il fournit l'essentiel de l'infrastructure et de la logistique du Syndicat.

On a aussi envisagé l'existence d'un "gouvernement virtuel" appelé AVATARA qui réunit (de manière anonyme) des personnalités influentes du WCG, de BGi, et peut-être quelques assassins. Ils ne décident pas vraiment du sort du monde, mais font régulièrement des "tables rondes" pour analyser la situations et les différentes possibilités d'action.



The Daodan

Au départ il y a eu un assasin (Mukade) qui ne voulait plus l'être. C'était un combattant et un hacker de première force, l'un des meilleurs. Il avait accès à AVATARA et était lié à BGI.

En tant qu'idéaliste, il était déçu de la tournure que prenait la "lutte" entre le WCG et le Syndicat (principalement le modèle social complètement gelé et la catastrophe écologique qui s'accentuait).

Il a donc commencé par prendre ses distances à la fois avec le WCG and avec le Syndicat, préparé à gérer les consequences de ce geste (comme de combattre les collègues assassins qu'on enverrait l'éliminer).

Plutôt que de devenir un ermite, il est possible qu'il envisageait déjà de créer en marge de la société une sorte de Fight Club (concept qui peut être développé dans Oni 2).

La genèse exacte du projet Daodan n'est pas claire, thout comme les vraies circonstances de la mort de Jamie Hasegawa. Mais, en gros, tout est parti de la rencontre entre Hasegawa et Mukade.

Hasegawa voulait absolument faire quelque chose pour sortir le monde de l'"impasse toxique" où il semblait se trouver à l'époque (et sa volonté était d'autant plus ferme depuis la mort de Jamie).

Mukade partageait ces idéaux, mais, ayant fait partie du système, avait une vue d'ensemble beaucoup plus complète, avec des details techniques et des connaissances pratiques qu'Hasegawa n'avait pas.

Inversement, Hasegawa (un expert en biologie) avait les moyens, l'idée et la motivation de créer/développer l'entité extraordinaire qui pourrait bouleverser tous les équilibres en place: the Daodan.


A ce moment-là, Mukade a fourni à Hasegawa des indices plus ou moins pointus pour infiltrer/contaminer/aliéner le Syndicat par le biais du projet Daodan et d'en faire l'instrument d'un grand changement. Il se peut aussi que la découverte de l'entité Daodan (qui met en route l'"hyperévolution" des cellules humaines) soit en partie due à Mukade (il avait connaissance de projets plus ou moins secrets, dont les Hurleurs, et pouvait avoir accès à des portails vers le monde parallèle - celà en supposant que le Daodan vienne effectivement de la "Phase").

L'idée de base est de travailler sous le nez du Syndicat sur la Chrysalide jusqu'à ce qu'ils mordent à l'hameçon du "Soldat Universel" et récupèrent le projet. Ensuite, le plan A est que Muro (et/ou Mai), prototype d'arme humaine, finisse par échapper au contrôle du Conseil et réussisse un coup d'état au sein du Syndicat, chose jusqu'alors impensable.

Le plan B est que Hasegawa s'est lui-même soumis au protocole Daodan avant d'expérimenter sur ses enfants, sans que son collègue et beau-frère Kerr le sache: il n'y a que Mukade qui soit au courant.

Pour maximiser ses chances en tant que manipulateur du Syndicat, Hasegawa s'est en plus soumis aux "engrammes" de Mukade. Normalement seul un cerveau vierge peut recevoir la personnalité de quelqu'un d'autre (comme cela se passe pour les SLD), mais la Chrysalide de Hasegawa a permis à ses neurones de s'adapter a cette deuxième personnalité. L'incovénient est l'inévitable schizophrénie et la "perte de soi", en plus d'être envahi par la Chrysalide. L'avantage, c'est que Hasegawa a ainsi hérité de la sagesse de Mukade, de ses techniques de combat, de ses capacités de programmeur, et de sa connaissance profonde de tout le système Syndicat/WCG/BGi, ce qui est essentiel si l'on veut manipuler le système de l'intérieur.



The New Deal

C'est le plan A qui a fonctionné. Muro a été élevé en tant qu'arme humaine, et ce n'est que trop tard que le Syndicat a compris qu'il ne pourrait jamais le contrôler.

De nouvelles allégeances sont apparues. Certains étaient subjuguées par le charisme de Muro (c'est une sorte d'aplha-mâle), d'autres ont simplement saisi l'occasion de se libérer de l'autorité du Conseil.

Le Conseil a convoqué une séance plenière qui devait voter la clôture du projet Daodan, et c'est à ce moment-là que Muro a frappé, en éliminant d'un seul coup la plupart des chefs et figures influentes.

Quelques "boss" du Syndicat ont survécu à la purge initiale, mais les troupes et les assassins à leur solde ne faisaient pas le poids face à Muro et aux "Strikers" qui se rassemblaient autour de lui.

Voilà en gros la révolutions par laquelle on est passé du Syndicat conservateur (habitué à coexister avec le WCG) à quelque chose de beaucoup plus imprévisible et de radical.


Muro était encore un jeune adolescent à ce moment-là, et Hasegawa est naturellement devenu son "éminence grise". La première tâche était de supprimer toute résistance et résurgence du "vieux Syndicat".

Hasegawa (aidé par les engrammes de Mukade) a suggeré de faire appel au freelance: une nouvelle génération d'assassins et de hackers qui s'identifiaient suffisamment à Muro (on pense notamment à Kojiro).

Les mercenaires qui parvenaient à éliminer un opposant majeur à Muro accèdaient au "cercle d'honneur" de Hasegawa et devenaient candidats pour l'implantation d'un Daodan.


C'est comme ça que s'est construit un nouveau "noyau dur" de technocrates et autres intellectuels autour de Hasegawa. Pendant ce temps, Muro continuait a redéfinir l'identité morale de l'armée de "Strikers".

L'objectif déclaré de Muro était le projet STURMANDERUNG: un ultimatum bilogique à la civilisation du WCG et, au final, une "hyperévolution" forcée du genre humain (soumise à l'autorité de Muro).

Le cynisme de ce projet (pollution volontaire, anarchie) est assez frappant. Un scénario aussi cauchemardesque colle assez bien avec la mégalomanie de Muro, mais pas vraiment avec l'idéalisme de son père!



During Oni

"Le vrai Mukade" (qu'on a aussi appelé le Vieillard) reste dans l'ombre et on ne le voit jamais. Soit il ne fait rien, soit il a émigré à la périphérie en train de construire un Fight Club (qui pourra ensuite devenir Phoenix dans le sujet d'Oni 2).

D'une manière ou d'une autre, il ne vient pas se mêler du processus qu'il a aidé à mettre en route, c'est-à-dire la "Nouvelle Donne" de Muro (radicalisation du Syndicat) et la récupération de Mai par la TCTF (et sa transformation progressive en arme humaine par Griffin, pour parer à la menace du Daodan de Muro).

L'histoire de Mai qui grandit à la TCTF est assez simple puisqu'elle fait partie d'un système très conservateur (même compte tenu du zèle excessif de Griffin).


De son côté, Muro a progressivement remanié le Syndicat, qui cesse d'être un réseau de crime technologique organisé et s'oriente vers la mégalomanie et le terrorisme.

(On peut dire que Muro est au Syndicat ce que le Daodan de Muro est à Muro lui-même - il le dévore de l'intérieur et lui impose une nouvelle nature et raison d'être.)

Le syndicat de Muro (qui d'ailleurs ne s'identifie plus en tant que "Syndicat") laisse tomber peu à peu les projets secondaires et se concentre sur STURMANDERUNG.

Mis à part les petits trafics en tout genre, les projets comme les Deadly Brains ou les expériences de Bertram Navarre deviennent inutiles à mesure que STURMANDERUNG approche.


Le WCG se rend compte de ce déséquilibre, mais fait de son mieux pour dissimuler cette radicalisation apparemment insensée du Syndicat.

La TCTF continue à effectuer (ou à simuler) des opérations à petite échelle contre le crime technologique "traditionnel" (contrebande, drogues, etc).

De cette sorte, le gouvernement maintient l'illusion que Muro et ses Strikers, quoique ressemblant à des terroristes, continuent à "faire des affaires" comme au bon vieux temps.



BGI against Hasegawa and Muro

En réalité, le seul bastion du Syndicat de la vielle école, au moment des événements d'Oni, est le conglomérat BGI et ses succursales (Musashi etc).

BGI, pas plus que le WCG, ne voit pas d'intérêt au déséquilibre produit par Muro et ses Strikers, et prévoit de s'opposer à son projet à la première occasion...

Et puis il y a Hasegawa. Le scientifique génial qu'il est, aidé par le Daodan et les engrammmes de Mukade, et bien entouré par les nouveaux technocrates, il est en train de donner aux Strikers des moyens de production sans précédent, c'est-à-dire d'évincer BGI sur le plan logistique et infrastructurel. Donc BGi n'aime ni Muro le mégalomane, ni Hasegawa le surdoué.


Muro contrôle les Strikers principalement grâce à un remaniement constant de la hiérarchie à travers le réseau.

(c'est comme ça que ça marche aujourd'hui pour les réseaux terroristes - ou pour le Fight Club -, qu'il y ait un chef ou pas)

Au besoin, ce sont les Ninjas qui viennent faire la police et éliminent les dissidents. Les Ninjas sont une armée d'androïdes (mi-robots, mi-SLD - comme des cyborgs, mais avec des cerveaux eux aussi créés artificiellement) programmés avec les "engrammes" de Hasegawa-Mukade et bénéficiant d'une conscience collective. Ils sont aussi autant d'antennes, et constituent une extension des sens d'Hasegawa-Mukade, qui est quasiment omniscient et omniprésent.


En plus des Ninjas, Hasegawa s'entoure des "nouveaux technocrates": quelques tueurs et hackers experts qui se sont distingués dans la traque de l'ancien Syndicat et sont candidats à l'implantation Daodan.

A part le project Daodan, Hasegawa-Mukade et ses amis développent de la technologie de pointe (canon WMC, les gadgets de Mukade).

Tout celà - la technocratie émergente, l'armée de Ninja - met BGI dans une situation précaire, sans garantie de stabilité.

(et bien sûr il y a STURMANDERUNG, qui va à l'encontre du bon sens et constitue un triomphe absolu de l'anarchie)


Face à cette situation, BGI s'allie (à contrecoeur) avec le WCG, qui lui donne "carte blanche" pour contenir la menace représentée à la fois par l'hyperévolution humaine (Daodan) et par STURMANDERUNG (ultimatum biologique). C'est dans ce cadre que BGI développe des armes révolutionnaires, ainsi que des cyborgs qui peuvent se mesurer aux Strikers, et un Iron Demon qui ferait barrage à Muro Mutant.



The True Truth

La "Nouvelle Donne" de Muro (radicalisation mégalomane du Syndicat) fait partie du changement prévu par le plan de Hasegawa et Mukade. C'est un sacrifice nécessaire.

La violence engendre la violence, ce qui fait que Muro et les Strikers (des maniaques attirés par son charisme) s'aliènent mutuellement de plus en plus.

Muro est perdu en tant qu'individu (sacrifié). Mais entretemps le réseau mondial de crime organisé est détruit de manière irréversible.


L'étape suivante du plan est que la pollution totale prévue par STURMANDERUNG et qui motive tant Muro et les Strikers, n'aura pas lieu.

Au minimum, le signal envoyé par les satellites de STURMANDRUNG ne déclenchera pas d'"inversion" du fonctionnement des convertisseurs atmosphériques, donc il n'y aura pas d'empoisonnement supplémentaire.

Au maximum, Hasegawa-Mukade et ses Ninjas auront effectué un "sabotage constructif" qui augmentera l'efficacité des convertisseurs atmosphériques au moment de la réception du signal STURMANDERUNG.


A ce moment-là, Muro et ses Strikers se retrouvement royalement baisés. Des terroristes en herbe qui croyaient avoir la bombe ultime, et n'ont finalement rien de tel.

Hasegawa-Mukade et les Ninja vont tout simplement s'éclipser, ainsi que la plupart des technocrates, en sabotant au passage la majorité de l'infrastructure du Syndicat.

Agissant dans l'ombre, les Ninja élimineront les plus durs à cuire (Muro et ses généraux), et le reste des Strikers seront laissées à eux-mêmes.

(et bien sûr on n'aura encore implanté de Chrysalide à personne, à part Barabas, peut-être Kojiro et quelques autres...)

En supposant que Hasegawa-Mukade avait connaissance du pacte BGI-WCG, il y avait aussi la possibilité d'utiliser la force de frappe de BGI pour éliminer Muro et les Strikers en leur donnant des indications.


L'idée, ensuite, est que Hasegawa (avec une aide possible du "vrai Mukade") ira s'occuper du WCG.

Le crime organisé a été démantélé. La menace bioterroriste vient d'être éliminée également. L'environnement est en passe de récupérer de lui-même (Hasegawa a amélioré les Convertisseurs ou prévoit de le faire).

Tout celà a pour effet de déstabiliser le "Big Brother" qu'est le WCG et ouvre la porte à une évolution (ou à une révolution) du modèle social et du système trop autoritaire. Hasegawa-Mukade va délibérer de la meilleure manière d'améliorer le système, et agira. En infiltrant, en manipulant, et en éliminant si nécessaire - tout comme le fait le Daodan à l'échelle de l'organisme de Hasegawa-Mukade lui-même.



The big fuck-up

Au contraire de Muro (ou Mai), Hasegawa a quasiment maîtrisé son Daodan, grâce notamment à la sagesse héritée du "vrai Mukade".

(toutefois, son identité est mise à mal à la fois par l'hyperévolution et par les engrammes de Mukade: il est doublement aliéné)

Malgré tout, il est resté suffisamment humain pour succomber à la nostalgie de Jamie et aller au-devant de Mai, au lieu de l'ignorer.

C'était une très mauvaise idée.


Le but objectif de l'épisode des toits était bien sûr d'analyser Mai et de voir si elle représentait une menace.

(une menace pour le projet STURMANDERUNG, aussi bien les faux projet mené par Muro et le vrai déroulement révu par Hasegawa)
(et, de manière générale, une menace pour la société et l'humanité; il ne s'agit pas de laisser le Daodan faire n'importe quoi)

Mais Hasegawa avait aussi dans l'idée (mauvaise idée!) de sauver Mai de la spirale de violence qui avait déjà englouti son fils.


Sur les toits, Hasegawa a tout d'abord voulu voir si Mai était prête à entendre la vérité sur le Daodan.

  1. Si elle était prête, ils ne combattrait pas: il lui dirait tout, ou du moins lui donnerait des conseils.
  2. Si elle ne l'était pas, il la combattrait et perdrait (ferait le mort). Le CD et Kerr feraient le reste.


Elle n'était pas prête. Une fois qu'il l'a compris, il l'a intimidée puis s'est battu et a perdu en accord avec le plan (2).

Sa grande erreur a été de ne pas faire le mort, pour la (mauvaise) raison qu'il avait senti les doutes de Mai à son sujet.

La volonté de sauver Mai est revenue et il a voulu faire appel à sa merci, ne sachant plus s'il suivait le plan (1) ou (2).

Mai a réagi de manière imprévisible et cruelle (probablement sur une pulsion du Daodan visant à la protéger de trop de doutes et d'émotions nouvelles), en tuant Mukade.


On connaît la suite. Personne n'a informé Mai du sabotage de STURMANDERUNG, et personne ne l'a empêché de faire exploser les Convertisseurs Atmosphériques.

Ainsi la partie la plus cruciale du plan de Hasegawa-Mukade a échoué, principalement à cause de cette rencontre sur les toits.

Laissé pour mort par Mai, Hasegawa a soit récupéré de lui-même, soit récupéré et réanimé par les technocrates (Kojiro & Co).

(pour ce qui est du "vrai Mukade", je pense qu'il est meilleur qu'il garde ses distances pendant tous ces événements)


BGI's fiasco

La force armée de BGI a été développée pour contenir la menace du projet STURMANDERUNG et de l'apparition de Muro Mutant. A l'insu de Griffin, les forces de BGI auraient frappé Muro et les Strikers juste avant qu'il mette son plan à exécution. Mais Mai, en échappant au contrôle de Griffin, représente aussi une menace qui est du ressort de BGI. A plusieurs reprises les troupes de BGI essayent d'éliminer Mai, a partir du Chapitre 7 (Convertisseur atmosphérique), puis sur les Toits, et finalement après le Chapitre 13, lorsque Mai fait irruption au QG de TCTF, met tout le monde KO et traque Griffin jusque dans son bunker. Lorsqu'elle ressort du bunker, l'armée de BGI est là avec la ferme intention de ne laisser aucune chance à Mai, et d'aller ensuite s'occuper du vrai problème (Muro et les Strikers).

Mais c'était compter sans la "badassitude" de Mai, car elle passe au travers des forces de BGI (en tuant tout le monde ou pas), détourne un de leurs transports, remonte jusqu'à leur QG (l'un des chapitres fantômes initialement prévus par Bungie) et plombe toute leur infrastructure militaire, pour aller ensuite en découdre avec Muro. Ainsi Mai a véritablement foutu la merde partout - le plan de Hasegawa est gâché, et le BGI (qui se voulait un contrepoids à Muro et aux Strikers) est fortement pénalisé aussi. Et en plus elle fait exploser les Convertisseurs en polluant des centaines de villes et en tuant des millions (milliards?) de gens. Décidément, quelle fille!



The after-Oni

Les actions de Mai déciment la population mondiale et accentuent la pollution à court et moyen terme, sauf dans les villes dont les Convertisseurs ont été épargnées. Les villes intactes doivent faire face à un énorme afflux de réfugiés, ainsi qu'aux attaques des Strikers. Les Strikers n'ont plus de moyens de terroriser ou de marchander avec le WCG (le secret du Daodan a disparu avec Hasegawa et les technocrates), donc ils essayent tant bien que mal de s'emparer des villes, de l'accès à l'air frais, des convois de vivres etc.

BGI assume son échec face au problème Daodan et au désastre écologique, et se concentre sur l'humanitaire. L'industrie lourde et la haute technologie sont progressivement mises au service des populations survivantes. Les plus alertes des Strikers finissent de passer du côté WCG-BGI, et le tout finira par évoluer vers une utopie (META), contrôlée par un mélange de l'élite WCG-BGI et des "technocrates" de Hasegawa (menés -ou pas - par Hasegawa lui-même ou l'un de ses "seconds"). Puisque cette société utopique est "dopée au Daodan", elle a pour vocation d'opérer, à terme, une "hyperévolution" de la société, en remplaçant progressivement tous les "maillons faibles" par quelque chose de fluide et de totipotent, quasiment extraterrestre - un processus à l'image du Daodan, mais a l'échelle de l'humanité tout entière.

Mai elle-même ne trouve pas facilement sa place dans l'après-Oni immédiat. Elle se rend progressivement compte de la portée dramatique de ses actes (surtout la décision de faire sauter les Convertisseurs, ce qui répand des matériaux toxiques concentrés - les déchets de la conversion atmosphérique - autour de la majorité des métropoles du WCG, vouant à la mort des millions, voire des milliards d'êtres humains). Elle croit d'abord que la Chrysalide apportera la réponse, c'est-à-dire que l'humanité saura d'une manière ou d'une autre s'adapter pour survivre à la catastrophe (soit en utilisant réellement le Daodan, soit à travers une évolution métaphorique). Mais elle va de désillusion en désillusion. Aucune autre Chrysalide ne sera implantée (Hasegawa a disparu, et le secret avec), et Mai est (non sans raison) désignée comme l'unique responsable de la catastrophe, donc elle n'est bienvenue nulle part.

Errant à la périphérie de la civilisation, elle essaie de servir une bonne cause en déjouant quelques attaques des Strikers sur les convois de vivres etc, mais là encore elle se heurte à l'incompréhension et à la violence, et de plus en plus doit lutter contre la seconde nature imposée par sa Chrysalide. Elle finit par s'exiler, poursuivie par le fantôme de Shinatama et les remords par rapport au cataclysme qu'elle a engendré. Elle finit par tomber sur le Viellard (le vrai Mukade) et son Fight Club, ou sur d'autres interlocuteurs (fantômes ou réels) qui lui ouvrent les yeux sur toute l'absurdité de sa situation et lui font comprendre que sa décision de "tout faire sauter" à la fin n'était pas autre chose qu'une pulsion de son alter-ego Daodan, et qu'elle a déterminé sort de l'humanité sur un énorme coup de tête. En résulte une folie suicidaire - or la nature de la Chrysalide rend impossible le suicide - ce qui aboutit à un blocage et une remise à zéro du corps et de l'esprit: un sommeil lethargique suivi d'une amnésie.


More, later...